12 avril 2020

Prendre le temps de prendre le temps

Quand tout ce bazar de confinement a commencé, mon premier réflexe a été de me créer un projet dans l’excellent Things et d’y noter tout ce que j’avais tendance à repousser depuis trop longtemps. Entretien du jardin et de la maison, organisation d’un backup, nettoyer les vélos, bricoler, lire, etc… La liste était longue et je l’alimente encore aujourd’hui !

« Pourquoi faire aujourd’hui quand on peut remettre au lendemain ? » — Ma voisine

Seulement, à force de me dépêcher de tout faire les premiers jours, je me suis rendu compte que du temps… On en avait ! J’ai beau télétravailler, j’ai deux enfants à m’occuper, mais le simple de fait d’être confiné à un seul endroit nous fait gagner un temps précieux. J’ai donc appris à ralentir, mes journées restent animées, mais désormais, je prends mon temps et j’étale sur le long terme.

Je commence à me perdre dans les jours, mais une agréable routine se met en place chaque jour. Réveillé avec les premières lueurs du soleil, je sors prendre un bol d’air frais sur ma terrasse. Je regarde ensuite les prévisions météo du jour sur mon app favorite et je vais ouvrir ma serre pour y réguler la température tout en regardant mes légumes pousser de jour en jour.

Prendre le temps de prendre le temps
Prendre le temps de prendre le temps

Après une année 2019 à frôler le burn-out, je m’étais promis de lever le pied en 2020. Honnêtement, je ne pensais pas le lever autant, mais je pense que ce coup de frein brutal est une bonne chose pour nous, pour la planète…

2019 était vraiment trop chargée, beaucoup de boulot, des projets dans tous les sens, une naissance, vraiment peu de répit auront été une belle leçon. En 2020, je ne voulais pas renoncer à tous mes projets, idées et envies, mais je voulais à tout prix éviter de remplir le calendrier de l’année avant l’arrivée du printemps, à tel point qu’au moment du confinement, le calendrier était toujours vide.

Moi, je trouve qu’on est pas mal privilégié.e.s de vivre une petite pause comme ça. Pour une fois écouter les oiseaux et prendre le temps de se dire bonjour. Mais encore là, on performe au travers nos cellulaires. Si être, respirer et réfléchir sont devenus synonyme de détresse, on a sûrement manqué la courbe de l’essentiel au profit de celle de la croissance. — Extrait « Apprendre à aimer le temps long » chez BESIDE ☕️

En 2020, j’avais justement prévu de ralentir, de préférer le slow tourisme, voyager moins, mais mieux. Après la lecture de l’article de Beside, j’ai retrouvé des souvenirs d’Afrique, quand je vivais au Sénégal. J’y croisais les gens avec un sourire greffé au visage à regarder les gens passer autour d’eux ou improviser une partie de foot sur la place au soleil couchant.

Prendre le temps de prendre le temps

Je me disais que leur vie ne leur laissait finalement pas le choix de ce mode de vie, ce qui est probablement vrai, mais ils n’ont pas l’air malheureux dans le fond. Nous, à l’inverse, nous avons trop de choix, trop de possibilités, trop d’envies que l’on peut satisfaire rapidement qu’on en oublie bien souvent l’essentiel : RALENTIR !

Alors dans le contexte sanitaire actuel, oui, j’y trouve un certain plaisir à être confiné, cela me permet de ralentir justement et de prendre le temps de prendre le temps, un luxe simple, mais que j’avais oublié.

Envie d’échanger sur le sujet avec moi ? Rejoins-moi sur Twitter 🐥 !