gear ↠ 9 janvier 2021

Mac mini M1 & montage vidéo

Retour d'expérience après quelques semaines d'utilisation de la puce magique !

Fervent défenseur du Mac mini depuis quelques années, je vous explique pourquoi et comment c’est devenu la machine parfaite pour mes besoins en montage vidéo.

Mes besoins

Depuis quelques années, j’ai compris l’importance d’une machine un peu plus puissante que la moyenne afin de pouvoir monter de la vidéo confortablement. Utilisateur de Final Cut Pro X, mes projets sont globalement simples, seule la longueur varie. Je n’utilise pas d’effet particulier, j’aime les rendus intemporels, mais j’apporte une attention toute particulière à l’étalonnage et aux sons. Je me retrouve donc souvent avec beaucoup de calques superposés, du grain, Filmconvert, etc. J’ai donc juste besoin d’une machine durable dans le temps et qui me permettent d’éditer de manière fluide des images filmées en 4K et en 10 bits dans une timeline 4 K.

Utilisateur de Macintosh depuis plus de 15 ans, je crois avoir essayé toute la famille de Mac… Sauf le Pro évidemment ! Ces dernières années, j’ai pris conscience de l’importance d’une machine fixe, surtout depuis que j’ai l’iPad Pro pour la mobilité et la grande majorité de mes besoins.

Mon setup Mac mini M1 2020

Il y a encore quelques semaines, je tournais sur un Mac mini mid-2018 légèrement boosté. J’avais toujours repoussé l’achat d’un eGPU même si parfois, Final Cut manquait un poil de fluidité sur certains projets. Mais travaillant actuellement sur un gros projet de documentaire, je me suis finalement résigné à commander un eGPU quand Apple a annoncé cette série de Mac équipés de la nouvelle puce M1. Changer de Mac n’était pas du tout envisagé, mais un jour après cette annonce, j’ai pris conscience du potentiel de la puce et j’ai commandé un Mac mini M1 avec 16 Go de Ram en option.
Quand je vois les performances de mon iPad Pro 2019, même en montage vidéo, je me suis dit que si Apple arrive à proposer la même chose sur un Mac mini, ça peut valoir le coup. J’avoue qu’à ce moment-là, il n’y avait pas encore de tests, aucun retour et c’était purement spéculatif comme achat. Étant donné que je devais investir pour faire durer mon ancien Mac mini, alors pourquoi ne pas miser sur la technologie la plus récente ?

Le Mac mini M1 pour le montage vidéo
Le Mac mini M1 pour le montage vidéo

J’ai attendu quelques jours avant de recevoir mon Mac mini et pendant ce laps de temps, de nombreux tests et vidéos m’ont conforté dans ce choix. Tout le monde est unanime, cette puce M1 fait de la magie ! Toutes mes connaissances sur le hardware semblent s’effondrer, comment 8 ou 16 Go de Ram peuvent suffire ? Comment Apple a réussi ce tour de magie ? Je fais confiance à mon expérience de l’iPad qui me prouve que l’on peut être petit et puissant en attendant de déballer ce Mac mini M1.

Ma config Mac mini pour le montage vidéo


Mon expérience et mon usage du Mac Mini M1

Si j’ai eu quelques soucis de compatibilité avec le plug-in FilmConvert les premiers jours, une mise à jour rapide de l’éditeur est venue combler cette seule zone d’ombre. Les autres applications que j’utilise comme Lightroom CC, Affinity Photo, Safari ou encore Spark étaient déjà à jour ou compatibles avec Rosetta 2. Le seul outil que je n’ai jamais réussi à faire fonctionner est l’utilitaire de synchronisation Google Drive, mais comme j’utilise de plus en plus iCloud Drive ou l’interface web de Google Drive, ce n’est finalement pas un souci dans mon cas.

Le Mac mini M1 pour le montage vidéo

Après quelques semaines d’utilisation et deux projets vidéos réalisés avec cette puce M1, je suis totalement comblé. C’était clairement le bon choix, je me demande même si 8 Go de RAM n’auraient finalement pas suffi ? Au moins, je suis normalement tranquille pour quelques années. Tout est fluide, instantané et rapide. Le projet eGPU est désormais obsolète. J’édite des images en 4K 10 bits provenant de mon Fuji X-T3 ainsi que du Panasonic S1 de Jeremy. Rien ne rame, rien ne plante, tout fonctionne à merveille.
Si mon stockage interne ne fait que 256 Go, ce n’est pas un souci, car je l’utilise pour macOS et mes applications. Il y a quelques fichiers de passage, mais mes archives sont stockées sur un NAS. Quand je monte une vidéo, j’utilise un SSD SanDisk Extreme 1 To qui me sert également de disque de terrain avec l’iPad Pro. Une fois le projet terminé, je le stocke soit sur le NAS, soit sur un SSD uniquement destiné à l’archivage du projet en question. C’est ce que je fais généralement pour les projets professionnels, les projets et archives personnelles étant stockés sur le NAS.

Je ne me suis pas amusé à comparer cette machine avec d’autres. Les benchmarks, c’est bien sur le papier pour avoir une idée, mais l’idée était vraiment de faire un retour objectif avec une utilisation qui corresponde à mes usages et besoins. Ce qui est totalement le cas. Peut-être qu’un vidéaste amateur d’effets spéciaux y verra une faiblesse, peut-être pas aussi. Dans mon cas, l’objectif visé est atteint haut la main.

Ce workflow est ultra fonctionnel, je suis vraiment content des performances et du choix du Mac Mini, une machine qui se fait oublier sur mon bureau et que je n’entends jamais. À se demander s’il y a vraiment des ventilateurs là-dedans ? Si je devais trouver deux petits défauts, ça serait sa couleur (plus de gris sidéral au catalogue) et le retrait inexpliqué de deux ports Thunderbolt même si cela ne me fait pas défaut.
Voilà pour ce retour d’expérience du Mac mini M1 pour le montage vidéo, si vous avez des questions, n’hésitez pas.


Envie d’échanger sur le sujet avec moi ? Rejoins-moi sur Twitter 🐥 !

Outline, la lettre


Si tu aimes ce que j’écris ici, alors je t’invite à t’abonner à Outline, ma newsletter 📝.