microaventure ↠ 23 mai 2019

Une nuit dans le Vercors

Récit d'une microaventure à raquettes

Pour ma première microaventure de l’année, j’ai retrouvé Jeremy pour partir randonner à raquettes dans le Vercors. Le plan est simple, se déconnecter de tout et renouer aux sources en passant 2 jours et 2 nuits dans une cabane non gardée.


Vendredi 17h30

À peine arrivés, première emmerde. La route que l’on pensait prendre n’est pas déneigée, nous nous en doutions, mais je crois que nous espérions quand même aller plus haut. Pas grave, nous garons la voiture comme on peut en espérant ne pas gêner, on enfile les sacs à dos pendant qu’une fine pluie s’installe. Le jour est déjà en train de tomber, nous ne devons pas trop traîner si nous ne voulons pas finir dans le noir. Au début, nous marchons sur la route encore enneigée à la recherche d’un sentier à flanc qui devrait nous amener à la cabane dans laquelle nous avons prévus de nous installer pour cette microaventure. Nous nous engageons sur ce que nous pensons être le bon sentier, mais rapidement, nous nous rendons compte que cette voie n’aboutie à rien. Pas le temps de faire demi-tour, la pluie mouille de plus en plus et la lumière tombe rapidement. Nous décidons donc de taper directement dans la côte pour retrouver le sentier qui doit se trouver quelques mètres plus haut. Nous nous enfonçons de plus en plus dans la neige, pourquoi n’avons-nous donc pas enfilé les raquettes dès le début ?

18h45

Je jette un coup d’œil à Gaia GPS, nous ne sommes plus loin, encore quelques mètres à monter et nous voyons enfin la cabane dans la pénombre, seule au pied de ces immenses crêtes. La cabane semble vide, nous frappons et nous ouvrons la porte… Ouf, il n’y a personne, on a toute la place que l’on veut. Il fait froid, le poêle à bois est visiblement hors service depuis bien longtemps, nous le savions et nous nous sommes équipés en conséquence. Après un rapide tour du propriétaire, nous installons nos affaires pour dormir, nous mettons à sécher nos vêtements mouillés et nous accrochons nos vivres au plafond afin d’éviter toute tentation chez nos amis rongeurs qui, visiblement, ont pris possession des lieux.

Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors

19h30

Il fait désormais bien noir, la nuit s’est installé en même temps que cette épaisse brume qui renforce ce sentiment d’être seuls au monde à ce moment donné. Nous mettons un peu de neige à bouillir sur le réchaud afin de réhydrater nos repas lyophilisés et nous profitons de ce moment pour nous délecter de quelques produits locaux achetés sur la route. Nous prévoyons même une fondue pour le lendemain en récompense de la randonnée à venir.

Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors

20h30

Il fait froid, nous sommes fatigués de notre semaine de travail et nous nous écroulons rapidement dans nos sacs de couchage. De toutes façon, il n’y a pas grand chose d’autre à faire et nous ne voulons pas louper le lever du soleil le lendemain.


Samedi 03h30

PAM ! PAM ! PAM ! Je sors brutalement de mon sommeil ! Je lance un “Qu’est ce que tu fous ?” à Jeremy qui me répond “Bah ! Je fais fuir les souris, elles commençaient à gratter !”…. Ok, je n’avais rien entendu et malgré nous, nous nous mettons à papoter, nous avons finalement pas si mal dormis et nous finirons la nuit comme ça au chaud à discuter et en attendant que le jour se lève.

08h30

Après un petit déjeuner de champions pour se remplir le ventre, voici enfin le temps de chausser les raquettes… C’est un peu pour ça que nous sommes venus ici, pour randonner et explorer ce massif qui nous est inconnu. La brume s’est levée et nous pouvons enfin apercevoir le Mont Aiguille ce sommet emblématique du Vercors.

Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors

10h00

Notre petite randonnée de reconnaissance se transforme finalement en ascension des crêtes que nous nous révervions pour le lendemain. Le temps est beau, nous avons déjà fait plus de la moitié du chemin et nous sommes définitivement motivés à atteindre le sommet, tant pis pour demain, on trouvera bien un autre programme.

11h30

Le vent se fait de plus en plus fort, le sommet approche et nous découvrons enfin cette magnifique vue depuis les crêtes. À chaque pas nous nous émerveillons de ce splendide décors, seul le vent froid nous motive à redescendre.

Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors

Nous décidons finalement de redescendre, nous n’avions pas prévu de nourriture dans nos sacs, tout était resté à la cabane. La faim se fait sentir et il faut juste descendre pour retrouver nos vivres. La descente à raquettes n’est pas une mince affaire. C’est plus dur que ça en à l’air et le dénivelé est assez violent sur certaines portions. Nous tentons quelques glissades sur les fesses pour grapiller quelques dizaines de mètres, mais les difficultés sont nombreuses et nous devons contourner pas mal de portions. Le ciel bleu se couvre brutalement et nous voici sous une neige épaisse pour la fin de la descente.

Microaventure à raquettes dans le Vercors
Microaventure à raquettes dans le Vercors

13h00

Retour à la cabane, nous avons faim, froid et la fatigue se fait sentir. On met le réchaud en route et on se réchauffe avec un bon plat chaud. Deux randonneurs en ski nordique nous rejoignent le temps d’une pause dans la cabane. Nous discutons avec eux, ils sont du coin et ont déjà pas mal randonné sur les plateaux, ça donne envie de revenir dans le coin pour en explorer une autre portion.

Microaventure à raquettes dans le Vercors

Après ce repas, Jeremy apprends une bonne nouvelle qui avorte cette microaventure, il n’y aura pas de deuxième nuit dans cette cabane, mais qu’est ce que c’était cool !


Mes indispensables pour cette microaventure